Place de la Culture

Les propositions de la CCU pour le devenir de la Halle Lumière, pôle multiculturel AVEC des salles de cinéma

Les 3 salles du cinéma Lumière sont fermées depuis le 31 décembre 2023. La municipalité a désigné un cabinet d’Assistance à Maîtrise d’Ouvrage pour étudier la faisabilité d’un projet culturel (exit la bodega et le marché couvert …) dans l’ensemble du bâtiment.

Voici les propositions que nous avons défendues et transmises lors de la réunion de concertation avec l’AMO à laquelle nous avons été conviés le 23 janvier 23 :

(photo en une, Sandra, la capteuse d’émotions, juin 2023, Plage Evariste Gras)

 

 

À propos de la Halle 

Le bâtiment du cinéma Lumière, édifié en 1892  sur la place E. Gras par un disciple d’Eiffel, M. Delestrade, est un immeuble original, unique. Une fierté de notre patrimoine local légué par nos prédécesseurs.

Comme en témoignent les photos d’époque, il s’agissait à l’origine de halles vouées au commerce de bouche. Mais elles ont été boudées par les commerçants et, dès 1913, transformées en un cinéma appelé le KURSAAL puis Le Lumière. 110 ans de cinéma ont ainsi animé ce bâtiment.

La bibliothèque municipale a occupé une aile du bâtiment jusqu’à l’ouverture de la médiathèque en 2013.

La Halle Lumière  a renforcé sa vocation culturelle avec l’activité de diffusion et de pratique musicale régulière portée par le Club Convergences, installé dans une partie des sous-sols depuis 1990 et toujours très actif.

Après avoir mis en avant différents projets et ayant recouvré la pleine maîtrise de l’ensemble du bâtiment, la municipalité a finalement annoncé vouloir faire de la Halle un pôle culturel.

 

Notre démarche 

Depuis bientôt 3 ans, La Culture ça urge a engagé une réflexion sur le devenir de la Halle Lumière et de son environnement immédiat (projet que nous avons appelé Place de la Culture).

Les propositions que nous formulons aujourd’hui sont le fruit de rencontres citoyennes (tables rondes, débats, réunions publiques …) et d’échanges avec des responsables associatifs, des professionnels de la culture, des artistes locaux.

Elles ont été, dans leurs grandes lignes, validées par les 7000 signataires d’une pétition que nous avons lancée en février 2022.

L’ensemble des ces actions est documenté sur notre site internet : ICI

 

Notre analyse des besoins 

 

  • Pour répondre à la demande des publics, La Ciotat, berceau du cinéma, doit conserver une offre cinématographique indépendante, riche et variée dans ce lieu patrimonial.
  • Plusieurs associations culturelles exercent leurs activités dans des locaux vétustes ou mal adaptés : théâtre, poésie, danse, etc …
  • Pour les plasticiens, ce sont des lieux d’exposition qui manquent.
  • Pour le spectacle vivant, des artistes ont exprimé leur besoin d’espaces de création, de répétitions, de représentations …
  • Pour les musiciens, des salles de répétitions sont nécessaires.
  • Pour les jeunes, et plus largement pour les habitant-es du cœur de ville, ce sont des lieux de rencontres, d’échanges, de vie, de socialisation qui font défaut. Cette absence est particulièrement dommageable pour les adolescent-es et a des conséquences directes sur l’atmosphère générale du centre-ville, son dynamisme et son avenir.
  • L’ensemble de ces équipements doivent être accessibles en coût pour que le plus grand nombre d’usagers puissent en bénéficier.

 

Un projet culturel pour quoi faire ?

L’objectif est de créer, au cœur de notre cité, un centre d’attraction dédié à la culture, un espace culturel pluridsiplinaire pour les ciotaden-nes et pour les visiteurs de notre ville.

Cet espace culturel de socialisation, de solidarité, de convivialité, doit permettre aux usagers de tous âges et de toutes conditions de se rencontrer, d’échanger, de co-construire et/ou de découvrir des événements artistiques (théâtre, musique, danse, cinéma …).

Il doit favoriser de nouvelles pratiques culturelles à un coût abordable et renforcer les liens sociaux et intergénérationnels.

Il doit offrir  à des artistes ciotadens un lieu adéquat pour développer et mener à bien leurs projets : créations, répétitions et représentations.

Le mode de gestion de cet équipement sera déterminant. Les objectifs énoncés ne pourront être atteints que dans le cadre d’une gestion associative du lieu (mise en commun de l’expérience et de l’expertise de différentes associations présentes sur la ville).

 

Nos propositions :

1- Maintenir un pôle cinéma :

Le cinéma Lumière, classé Art et essai, comptait 3 salles et proposait une programmation variée et de nombreuses diffusions de films en VO. À la suite d’une procédure judiciaire engagée par la municipalité, il a cessé son activité fin 2023.

La Culture ça Urge a organisé un sondage auprès des publics du Lumière  en mars dernier. Les résultats sont très parlants et montrent l’importance de ce cinéma de proximité auquel le multiplexe CGR ne peut se substituer.

Le résultats complets de ce sondage sont consultables ICI

L’autre cinéma Art et Essai, l’Eden, n’est pas en capacité d’absorber tous les spectateurs du Lumière. Avec un seul écran il ne peut proposer un éventail aussi large de films.

Le fort attachement des Ciotadens à la présence de salles de cinéma dans la Halle est confirmé par la pétition en faveur de leur maintien qui a recueilli plus de 7000 signatures, appuyée par un comité de soutien où figurent des professionnels de la culture.

Pour satisfaire cette exigence, la CCU propose la création de deux salles de cinéma :

  • Une salle d’une cinquantaine de places, dédiée à la projection de films pour les enfants et pour les scolaires l’après-midi et de films  d’Art et essai le soir.
  • Une grande salle (150 places environ) dédiée de manière permanente à la projection de films grand public de qualité et de films d’art et d’essai, mais pouvant se transformer en salle de spectacle (musique, théâtre, danse…).

La coexistence de ces deux types d’activités est possible, comme le montre l’exemple d’espaces déjà équipés de cette manière, notamment l’espace Aragon à Oissel-sur-Seine, la salle Tempo à Léguevin, ou encore le Garde-Chasse aux Lilas.

Un tel dispositif parait économiquement raisonnable en raison de la possibilité de faire fonctionner un cinéma tous les jours de la semaine, ce qui n’est pas le cas avec une salle uniquement dédiée au spectacle vivant. Rappelons que le théâtre de la Chaudronnerie, très proche, dispose déjà de 2 salles de spectacle.

 

2- Conforter l’existence du Club Convergences :

La halle Lumière a progressivement renforcé son image culturelle avec l’activité de diffusion et de pratique musicale régulière portée par le Club Convergences. Ce dernier fait preuve d’un réel dynamisme et programme chaque samedi des concerts de qualité avec des musiciens professionnels de jazz et musiques actuelles. Il accueille également le vendredi des « scènes ouvertes » où se retrouvent des amateurs et professionnels de tous âges.

Fin mai, le club Convergence, soutenu par la ville de La Ciotat, organise également 1 ou 2 jours de festivités musicales gratuites sur la place Evariste Gras avec un succès renouvelé.

C’est pourquoi la CCU propose le maintien du club Convergences dans la salle du sous-sol rééquipée de manière plus satisfaisante. Partie prenante du projet, ses activités seront valorisées et amplifiées.

 

3- Créer un espace modulable et polyvalent :

Les 222 m2 des locaux de l’ancienne bibliothèque sont restés vacants depuis 2013.

Cet espace ouvert et polyvalent pourrait accueillir différentes formes de création artistique (spectacle, projection, exposition).

Un lieu simple, mais complet, insonorisé, équipé de cloisons mobiles permettant si besoin de le subdiviser, de créer  des unités plus petites attribuées à des artistes en résidence, à des associations proposant des ateliers de pratique artistique (arts graphiques et plastiques, photo, vidéo, cinéma, écriture, etc …)

Une salle où l’on peut se mouvoir, se mettre au sol, danser, scénographier, écrire, jouer, chanter ; équipée d’un minimum de matériel son et lumière, pouvant accueillir du public grâce une « scène » ou une estrade et un gradinage mobiles (photo Coco Velten, tiers lieu marseillais que nous avons  visité en 2022).

Coco Velten : Salle de séminaire Marseille (13)

                              

4- Autres espaces à prévoir dans le bâtiment :

  • Un espace accueil, détente, rencontres … avec un bar associatif et accessible sur de larges plages horaires.
  • Un local de stockage pour du matériel technique mutualisé pour les différents espaces.

 

5- Et autour de la Halle :

C’est tout l’espace de la place Evariste Gras et son bâti qui devra, à terme, être concerné par cette proposition.

Ces espaces extérieurs en plein centre-ville, actuellement peu animés hors des jours de marché, ne demandent qu’à être le cadre d’activités culturelles et socialisantes.

 

 

Le parvis (côté « bibliothèque ») revalorisé peut accueillir des expositions, des performances …

Des groupes de musique peuvent se produire plus régulièrement sous le kiosque ou sur la Place ; différentes manifestations peuvent y être organisées.

La rue Badelon (allée piétonne) peut également devenir un espace régulier d’expositions.

 

Le Bar à Tine, les échoppes qui bordent cette place peuvent offrir des lieux de restaurations alternatifs ou associatifs, des ateliers d’artisanat d’art …

La Maison des Associations ouvre sur la Place et borde la rue Badelon. Ses activités se trouveront revalorisées par la dynamisation de l’ensemble de cet espace.

 

 

En conclusion :

Ce pôle constituera un indéniable atout supplémentaire pour notre cité et la revitalisation de son cœur de ville.

Cette rénovation de la Halle Lumière est une opportunité unique de valorisation active de notre patrimoine pour la ville et ses citoyens. Sans renier ce qui a fait l’identité de ce lieu depuis 110 ans, un cinéma de quartier,  ce projet pensé pour l’ensemble du bâtiment permet de lui donner un nouveau souffle et d’envisager de nouvelles synergies entre les différentes activités culturelles qui l’animeront.

En complémentarité avec l’Eden-Théâtre et les autres équipements institutionnels comme la Chaudronnerie, le Conservatoire et la Médiathèque, notre cité mérite un lieu accessible (en proximité et en coût), qui soit à la fois un espace d’échange et de participation, de créativité, de distraction et de convivialité au quotidien pour, et avec, les ciotadens et ciotadennes.